Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Mar 5 Avr 2016 - 18:11

Mardi 5 avril 2016 - Gare de Lyon - Hall2 - 10h15

En m'asseyant sur une banquette d'attente j'avise la présence d'un mobilier urbain autour duquel sont disposés de curieux sièges en forme de cheval d'arçons et pourvus chacun d'un pédalier. Une jeune femme assise à califourchon sur l'un d'eux pédale d'ailleurs avec concentration tout en tripotant le clavier de son ordinateur portable posé devant elle sur le comptoir de cet étrange kiosque. Perdu dans la contemplation de cette activité inédite, je pense à la société ludique dans laquelle s'épanouit désormais l'Humanité. Je dois être en présence d'une nouvelle invention de la SNCF, soucieuse de fidéliser une clientèle sportive qui ne saurait attendre le train sans brûler son trop plein d'énergie par le biais d'un quelconque exutoire. Déjà qu'il nous était loisible d'écouter un concertiste sur le départ, confortablement installés autour d'un piano, voici maintenant que le fitness investit les halls de gares. Mais, une étude plus approfondie de cette étrange installation me révèle ma méprise première. Cet appareillage s'avère être une dynamo destinée à recharger les batteries, non pas du voyageur ferroviaire, mais de son fidèle ordinateur portable. Je ne manque pas d'être ébloui par cette pénultième péripétie de l'écologie en marche. Je laisse alors mon esprit vagabonder, élaborant avec délices des futurs tous aussi prometteurs les uns que les autres. J'imagine une société où tout le monde pédalerait.
Pas cette société égoïste et inégalitaire, où seule une élite de RTTéistes vélocipédiques s'accapare nos charmantes petites routes de campagne, mais une universelle confraternité du pédalier, où chacun, riche ou pauvre, jeune ou vieux, blanc ou noir, catholique ou protestant, pourrait transpirer utile pour le plus grand bonheur de l'espèce humaine.
Ainsi, les TGV seraient propulsés par la force des mollets des voyageurs qui pédaleraient de concert dans un élan salvateur les préservant de l'obésité insidieuse qui gangrène nos civilisations confites. À condition de revenir à la propulsion par hélices, il en irait de même pour les avions; les zeppelins seraient à l'honneur; on pourrait aussi imaginer des sous-marins, des porte-avions, des chars d'assaut, et, cerise sur le gâteau, des robots à pédales! Les possibilités sont infinies!
Du tire-bouchons à la brosse à dents, le moindre geste quotidien serait relié à une manivelle propre à générer l'énergie adéquate.
Ces milliards de gigawatts ainsi canalisés permettraient assurément le changement de paradigme dont nous avons tant besoin. L'agressivité consubstantielle à l'homo sapiens serait évacuée avec les milliards d'hectolitres de transpiration universelle produits. L'homme deviendrait bon et Jean Jacques Rousseau pourrait dormir tranquille …
Sortant doucement de mon songe, je jette un regard vers l'horloge centrale et m'aperçois qu'il est l'heure d'embarquer à bord de mon TGV nucléaire. La météo annonce de la pluie à ma gare d'arrivée. Nous ne changerons pas de paradigme aujourd'hui et je n'ai pas de parapluie. Las.

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  grizz5555 le Mar 5 Avr 2016 - 18:30

Si il est difficile de trouver quoi répondre à un tel billet, sa qualité ne mérite pas de rester vierge de toute réponse.
Un simple merci pour le partage de cette humeur si douce à lire fera  - je l'espère - l'affaire.

Merci.

grizz5555

Messages : 1976
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 29
Localisation : au P1

http://thefattorialist.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Gwiniz Du le Mer 13 Avr 2016 - 18:47

Superbe billet. Cela me fait penser à mon épouse qui lorsque je m'entraine en hiver sur mon home-trainer se demande si on ne pourrait pas récupérer l'énergie pour allumer 2 ou 3 ampoules. Avant de pouvoir griller ses tartines du matin en pédalant il va falloir prendre des cuisses et oublier les vêtements en PAP:

http://sciencevibe.com/2015/06/09/how-much-energy-does-it-takes-to-toast-a-slice-of-bread/

Gwiniz Du

Messages : 168
Date d'inscription : 12/01/2014
Localisation : entre Cotes d'Armor et Yvelines

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Henri-Michaux le Mer 13 Avr 2016 - 20:35

Fais-nous donc partager tes songeries plus souvent, c'est très plaisant et savoureux.
Bravo pour ce coup de plume!

Henri-Michaux

Messages : 328
Date d'inscription : 25/09/2014
Age : 36
Localisation : Paris

http://www.nicaise.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Jeu 14 Avr 2016 - 20:46

Henri-Michaux a écrit:Fais-nous donc partager tes songeries plus souvent ...

Soit, tu l'auras voulu. spamafot


Jeudi 14 avril 2016 - Assis, bien au chaud, dans le TGV en route pour la capitale.

Je longe présentement un lac chanté jadis par Lamartine, miroir de plomb liquide piqueté de poules d’eau, et me dis que le chauffage, assurément, est la plus belle conquête de l’homme. Côté couloir passe une cohorte d’accortes Japonaises, chacune le visage protégé d’un masque en papier à la mode de Fukushima, dans le but, sans doute, de se prémunir des postillons français. L’hygiénisme débridé de ces gens m’a toujours laissé pantois. Voilà des touristes se piquant de ne pouvoir souffrir les particules fines qui font la fierté de notre beau pays, jouant les délicates, alors que nous pourrions légitimement les passer au compteur Geiger à la frontière. Mais il est vrai que les frontières n'existent plus et que, du reste, la France a toujours été une terre nucléaire d'accueil. Je me recroqueville dans mon fauteuil en essayant de chasser ces pensées négatives. Je regarde distraitement le ballast par la fenêtre et me laisse bientôt engourdir par la vision hypnotique du défilement des rubans d'acier qui semblent s'allonger, se déformer, se contracter, s'entrelacer sans fin à une vitesse fantastique. Au bout d'un moment j'ai un peu mal à la tête. Le train sollicitant à présent toute sa puissance, la campagne française défile à plus de 250 km/h derrière la frêle paroi de ma bulle de verre et d'acier. Il me vient en mémoire cette horreur spontanée de la vitesse qu'éprouva Albert de Saxe-Cobourg-Gotha la première fois qu'il prît le train, vers 1840. Sans doute pressentait-il un inéluctable raccourcissement du temps, préjudiciable à l'équilibre pastoral du monde ancien. Cependant, aujourd'hui comme hier, les vaches regardent passer les trains du même œil indifférent. Imperméables à nos frénésies, profitant du cours naturel du temps, elles paissent avec méthode et gourmandise.
Je n'irai pas jusqu'à vouloir échanger ma place de TGV contre un carré de luzerne à brouter, mais souhaiterais simplement que de temps à autre l'humanité fît une pause.
Dans cet ordre d'idées, j'aime bien l'élégance conceptuelle du postulat de l'île déserte, où chacun n'a droit qu'à un choix limité d'objets aimés à emporter. Certains voudront débarquer quelques pièces d'exception de leur garde-robe, d'autres quelques ouvrages capitaux de leur bibliothèque, d'autres encore la quintessence de leur discothèque. S'agissant de cette dernière, pour avoir beaucoup réfléchi à la question, je me permets de mettre en garde les candidats potentiels. Tout dépend préalablement de la durée de détention dans l’île. On n’emportera pas les mêmes disques selon qu’il s’agisse d’un week-end de Pentecôte ou d’un séjour à vie. Partons néanmoins du principe que cette île ne figurât sur aucune carte et que la probabilité d’y trépasser fût l’option la plus vraisemblable. Comment, en cette hypothèse, allez vous écouter votre musique dans une île sans électricité, peuplée seulement par quelques perroquets et cochons sauvages? Une mini chaîne moderne ne vous sera d’aucun usage dans ce milieu dépourvu d’infrastructures. Aussi, sauf à utiliser un vieux gramophone à manivelle, il sera donc prudent d’emporter avec soi un élevage de hamsters, ainsi qu’une cage spéciale équipée d’une roue tambour reliée à une mini génératrice. Il faudra surtout bien veiller à nourrir les hamsters, éviter qu’ils s’échappent et que les cochons sauvages ne les dévorent. Ces rongeurs seront en effet le seul fil vous reliant à la civilisation. Pas de hamsters pas de courant, pas de courant pas de musique, pas de musique pas de civilisation, seulement le bruit du ressac et les grognements des cochons alentour. Il faut aussi savoir que le hamster est un animal nocturne qui aime tourner la nuit et dort le jour. Pas de musique sous le soleil, donc. Ce détail a son importance et pourra vous aider dans une sélection judicieuse d’œuvres à emporter avec vous. Les nocturnes de John Field seront sans doute plus aptes à accompagner vos longues soirées que le Bœuf sur le toit ou le Carnaval des animaux. Mais, même après avoir effectué le choix musical le plus optimal, il n’en faudra pas moins intégrer le grincement parasitaire de la roue tambour, le ronronnement de la génératrice et le chœur des moustiques. Les moustiques sont assez voraces dans les îles, surtout les îles désertes. On les comprend, les pauvres, il faut bien que tout le monde puisse vivre. De sorte que, l’écoute de l’œuvre la plus suave pourrait s’en trouver gâchée, voire se transformer, au fil des longues nuits étoilées, en scie insupportable. En cette occurrence, sans doute cesseriez vous assez rapidement d’écouter de la musique, trop occupé à lutter contre les moustiques en des combats nocturnes aussi frénétiques que vains. Au bout de peu de temps, dormant le jour, luttant la nuit, miné par la malaria, vous finiriez probablement par manger les hamsters. Ne subsisterait alors dans l’île que le bruit du ressac et les grognements des cochons, que ne percevraient naturellement plus vos ossements blanchis sous la lune.
Ce tableau, pour pessimiste qu'il soit, n'en demeure pas moins objectivement réaliste; aussi déconseillerai-je l'option musique.
Reste fort heureusement les livres, l'élégance vestimentaire, la vie de couple avec ou sans vêtements, l'eau fraîche, les crûs classés …

PS. Détail sans importance. Après avoir considérablement ralenti, notre train est à présent immobilisé en rase campagne, pour raisons techniques. Nous aurons vraisemblablement 55 minutes de retard à l'arrivée Gare de Lyon. Dans un pré avoisinant, les vaches nous regardent, semblant nous dire : _Bienvenue au club!

Re-PS. Arrivée Gare de Lyon vers 17h15, avec l'heure de retard prévue et les excuses de la SNCF. Pourtant familier de l'endroit je n'y ai guère observé pareille cohue, évoquant vaguement une fourmilière qu'un enfant s'amuserait à piétiner. L'atmosphère avait un petit côté exode de 40, mais sans les matelas et les horloges comtoises sur les charettes à bras. De nos jours, on fuit l'avance allemande en valise à roulettes en se roulant sur les pieds les uns les autres dans la plus parfaite désorganisation. Se presse devant les portes une foule compacte qui veut rentrer, avec en vis-à-vis une foule compacte qui veut sortir; sans parler de ceux qui attendent qu'il se passe quelque chose d'intéressant. C'est une impression étrange que de se sentir mouton au milieu du troupeau.
Ovins, bovins, unissez-vous!

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Henri-Michaux le Jeu 14 Avr 2016 - 21:17

Merci de t'être si rapidement conformé à mes vœux! Faut-il juger la partie pour le tout et relever une petite obsession sur la manière de produire de l'énergie écolo? ou bien sur l'énergie tout court? Le pédalier puis la roue tambour, tout de même… Nous relèverons ensuite avec amusement qu'un train filant avantageusement à 250km/h et qui s'arrête une heure pour reprendre ses forces ne fait peut-être pas beaucoup mieux que le train qui roule à 130 sans se reposer. Je laisse le calcul aux forts en math, vous avez 3 minutes.
Quant à l'hygiénisme nippon, je me suis laissé dire qu'au contraire, ce sont eux qui, atteints d'un rhume quelconque, préservent les étrangers alentours de leurs miasmes à caractère potentiellement conquérants. Je ne sais quelle version est la vraie, mais je préfère la mienne pour ce qu'elle révèlerait de la délicatesse d'une certaine catégorie de bipèdes civilisés. Enfin, si nous nous rêvons tous en berger, force est de constater — amèrement j'en conviens — que quoi que l'on fasse, dans le troupeau nous sommes, dans le troupeau nous resterons. De sérieux sociologues s'évertuent à le dire depuis un siècle environ.


Dernière édition par Henri-Michaux le Ven 15 Avr 2016 - 1:04, édité 1 fois

Henri-Michaux

Messages : 328
Date d'inscription : 25/09/2014
Age : 36
Localisation : Paris

http://www.nicaise.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Jeu 14 Avr 2016 - 22:53

Henri-Michaux a écrit:... si nous nous rêvons tous en berger, force est de constater — amèrement j'en conviens — que quoi que l'on fasse, dans le troupeau nous sommes, dans le troupeau nous resterons ...

Joliment dit et parfaitement exact, mon cher Henri.
Cela étant, ne te méprends pas sur mes ambitions, je ne me rêve qu'en berger
de moi même, hein! Ma conclusion n'était pas un programme électoral mais
un simple constat désabusé. mrgreen

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  amator le Lun 18 Avr 2016 - 17:32

Délicieux moment de lecture ... un regard autant désabusé qu'amusé où la jubilation de la langue est première.

amator

Messages : 6690
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 59
Localisation : Paris

http://amator.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Mar 17 Mai 2016 - 0:18

amator a écrit:... un regard autant désabusé qu'amusé ...

Amusé … jusqu'à un certain point, mon pauvre ami.  No  

Tiens! Aux infos télévisées, on a parlé hier dimanche du paquebot Harmony of the Seas, quittant son chantier de construction de Saint-Nazaire à destination de Southampton, son futur port d'attache.
Abstraction faite du volet économique incontestablement positif d'une opération génératrice d'emplois pour de nombreuses années, j'ai été saisi de malaise à la vue du spectacle. Pourtant, les nombreux badauds qui étaient venus spécialement pour assister au départ de, selon les mots de certains, cet immeuble flottant, béaient d'admiration.
Je me fis alors la réflexion que la plupart de nos contemporains manquaient cruellement de culture historique, et partant, du recul nécessaire propre à formuler, à défaut d’une expertise, un avis critique de qualité.
À moins qu’on n'interrogeât sciemment pas les bonnes personnes ?
Aussi, puisqu’on ne me demande pas mon avis à la télé à l'heure de la messe, ai-je décidé de m'exprimer sur le sujet en une chapelle qui, pour être confidentielle, n'en demeure pas moins souterrainement influente.
L'amateur d'élégance ne se préoccupe pas uniquement d'assortir ses fixe-chaussettes à son épingle à cravate et il me plaît de croire que tout ce qui touche au nombre d'or l'interpelle au plus haut point. Partant du principe simple qu’en toutes choses, il n'est de beauté sans équilibre, force est de constater que l’Harmony of the Seas n’a d’harmonieux que son nom pompeux. Le mot immeuble est du reste bien celui qui convient, tant on dirait un morceau de La Grande Motte détaché du département de l’Hérault.
À l’instar de ses coreligionnaires du moment, ce monstre s’apparente davantage à un porte containers géant ou un ferry obèse qu’à un paquebot. Par charité, je ne réserverai mes observations qu’à l’aspect extérieur, car le contenu ne vaut guère mieux que le contenant ; je citerai simplement Talleyrand, qui s'y connaissait en vanités : Tout ce qui est exagéré est dérisoire.
Je pense qu’en matière nautique, comme en tant d’autres, la beauté a abandonné notre époque aculturée. À quoi bon, en effet, le raffinement d’un Normandie, pour une clientèle qui se pavane désormais sur les sundecks en bob et chemise hawaïenne.
Dans cet esprit, quand on sait que ce Disneyland flottant ne transportera pas moins de 6000 passagers, on imagine sans peine le manque de tenue en cas de contact avec un iceberg. Vous conviendrez certainement tous avec moi qu’un naufrage, à la Belle Époque, ça avait de l’allure!
On pouvait couler en 1ère, vêtu d’un habit, ou en 3ème, en maillot de corps, dans une eau à 2°C équitablement répartie.
De nos jours, les barcasses New Age indûment assimilées aux liners d'antan s’échouent vulgairement sur les rochers, tout le monde se noie en bermuda et en lieu et place des fauteuils de ponts en teck surnagent au milieu des débris des milliers de paires de tongs en plastique; c’est d’un commun.
Triste époque. Rolling Eyes

PS. Pas le plus grand de sa génération, mais le plus rapide et le plus élégant.


Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  grizz5555 le Mar 17 Mai 2016 - 11:09

Toujours un plaisir de te lire.

Pourtant, pour ne pas attirer les foudres de nos membre les plus précis, peux-tu reformuler ton texte en remplaçant chacune de tes affirmation par un bien plus consensuel : "C'est beau mais pas à mon goût" ?

D'avance merci Wink !

grizz5555

Messages : 1976
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 29
Localisation : au P1

http://thefattorialist.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Jarns le Mar 17 Mai 2016 - 11:24

Frederick Hoepnick a écrit:tant on dirait un morceau de La Grande Motte détaché du département de l’Hérault.

cheers


@Grizz : ton plaisir est tout à fait subjectif et ne nous intéresse pas. Tu devrais plutôt faire une analyse lexicale du post de Frederick pour nous expliquer pourquoi il est "bien".

Jarns

Messages : 3583
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Adrian'S le Mer 18 Mai 2016 - 23:32

Merci Frederick !

Adrian'S

Messages : 39
Date d'inscription : 15/09/2013
Age : 49
Localisation : je suis là parce que je ne suis pas là

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  hesk le Jeu 19 Mai 2016 - 0:33

Frederick Hoepnick a écrit:...une chapelle qui, pour être confidentielle, n'en demeure pas moins souterrainement influente.
Voilà peut-être la plus belle - et à coup sûr la plus flatteuse - définition  qui fût jamais donnée d'EGP. Quand je pense que j'ai réussi, à force d'intrigues, de vilenies et de courbettes,  à me hisser au rang ô combien envié d'administrateur d'une chapelle souterrainement influente, non seulement je fais ma propre admiration, mais encore je ne vois rien de mieux  à espérer de la vie.


Dernière édition par hesk le Jeu 19 Mai 2016 - 16:15, édité 1 fois

hesk

Messages : 3137
Date d'inscription : 31/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Jeu 19 Mai 2016 - 2:02

Si j'ai pu d'une quelconque manière contribuer à égayer tes vieux jours,
j'en rosis d'un plaisir non feint, Hesk, my friend.

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Walpurgia le Jeu 19 Mai 2016 - 10:40

Tout cela pour dire que les salons air France c'est plus ce que c'était... mais je n'ai sûrement rien compris. D'aucuns diront à mon propos que les mots de plus de trois syllabes sonnent comme du chinois... Ceci explique cela.

Je précise tout de même que Je n'ai rien contre les claquettes, j'ai d'ailleurs un excellent ami...

Walpurgia

Messages : 971
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 34
Localisation : Entre ici et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Jeu 19 Mai 2016 - 12:08

Walpurgia a écrit:1. _ salons … air France ... trois syllabes … chinois_
2. _ j'ai d'ailleurs un excellent ami_

1. Grenouille,
    Ploc!
    Je n'avais que du japonais sous la main, sorry.

2. Je serai ravi de faire sa connaissance.

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Sam 21 Mai 2016 - 16:53

Pas de réponse?
Bien, alors je continue.

Voyage dans le monde d’à côté, un jour de mai en 2016.

Meublant mon attente dans une salle du même nom, je feuillette un magazine dont l’élégante couverture en papier glacé a attiré mon attention.
Intitulée Jours de chasse cette revue traite naturellement de la chasse, activité peu en phase avec mes centres d’intérêts, bien que, dois-je le préciser, je ne contestasse à quiconque le droit de se passionner pour le sujet.
M’apprêtant à parcourir d’un œil las une succession de photos de groupes de chasseurs en gilets fluorescents, l’arme à la bretelle, saucissonnant autour d’un blaireau mort, me voici contre toute attente happé par ma lecture.
Je viens d’emprunter sans m’en douter une sorte de faille spatio-temporelle ! Et cette dernière me transporte dans une autre dimension. J’effectue un voyage dans le temps, en direction du passé, un passé lointain, d’avant l’invention des classes moyennes et des congés payés.  Dans cet univers étonnant, fleurant bon le lys, évoluent d’altiers personnages, noblement vêtus de barbours kakis ou de redingotes de velours galonnées d’or, certains tenant par la bride quelque jument bai ou étalon anglo-arabe.  On est loin du monde ordinaire, aux antipodes du tableau coutumier du stationnement en bordure d’un champ de betteraves de quelques Berlingo diesel à la carrosserie fatiguée. J’en viens à me dire qu’il doit faire bon être sanglier, ou cerf, ou faisan en pareille société. En effet, la perspective de se faire transpercer la peau d’une balle de qualité tirée par une luxueuse carabine à 18.000 euros, voilà qui vous classe son gibier ! Une promotion sociale en quelque sorte.
Dans cet univers, tout respire une certaine France éternelle, éprise des valeurs hiératiques qu’elle se transmet de génération en génération. On peut lire l’annonce publicitaire vantant le travail de tel orfèvre spécialisé dans les chevalières armoriées, ou celle d’un manufacturier créateur de fusils à canon double, ciselés à la manière des épées de Tolède; ou bien encore, des gravures de mode présentant des couples de beaux jeunes gens vêtus à la manière de Balmoral, endroit privilégié où il est si difficile pour un œil profane de distinguer de loin et de dos un gentleman d’une lady. Le rétro chic côtoie le vintage de bon ton, sur fond de plumage de volatiles trépassés. Agrémentant un article empli de poésie, une série de délicates aquarelles illustre les différentes postures à adopter afin de plomber les palombes dans le souci des convenances. Un encart propose aussi une élégante veste d’après chasse, en laine, soie et lin, très utile pour éviter de se présenter au lunch, transpirant dans sa veste d’artilleur souillée de boue. Une page people nous présente d’éminents membres de vieilles familles patriciennes en compagnie de quelques gloires roturières de l’univers cynophile, au sang moins bleu, mais n’en portant pas moins beau, quant à leur prestance et leurs atours.
Au fil de cette passionnante incursion dans Jours de chasse, j’apprends surtout que les habitants de ce monde parallèle s’interrogent actuellement avec anxiété sur l’éventuel rétablissement par David Cameron de la chasse à courre au renard. Ce damné Brexit s’avère être une menace qui compromet les chances du locataire de Downing Street de garder son job, et par conséquent de tenir sa promesse. Un émoi bien légitime secoue ainsi le monde de la vénerie, chacun formulant des vœux pour que le peuple britannique ne se laisse pas aveugler par les démons du populisme. Le résultat calamiteux d’une victoire du non anéantirait l’espoir de réparation de la cruelle injustice faite aux amoureux de l’hallali. Je me demande incidemment quelle peut bien être la position du renard anglais sur le Brexit ?

J’en suis à ce stade de mes réflexions lorsqu’une voix immense semblant provenir des profondeurs du cosmos s’adresse à moi : Ah ! Monsieur Hoepnick ! Bonjour ! Qu’est-ce qui vous amène ? Je vous en prie, veuillez passer dans mon bureau !
Je suis instantanément aspiré à la vitesse de la lumière dans une sorte de maelstrom de couleurs éblouissantes et me retrouve, incrédule, assis dans ma salle d’attente ; c’est l’heure de mon rendez-vous.


Dernière édition par Frederick Hoepnick le Lun 23 Mai 2016 - 15:59, édité 3 fois

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Henri-Michaux le Sam 21 Mai 2016 - 16:58

Il paraît qu'il n'y a qu'un monde, mais nous ne vivons pas tous dans le même… Va comprendre Charles.

Henri-Michaux

Messages : 328
Date d'inscription : 25/09/2014
Age : 36
Localisation : Paris

http://www.nicaise.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Adrian'S le Dim 22 Mai 2016 - 12:04

Henri-Michaux a écrit:Il paraît qu'il n'y a qu'un monde, mais nous ne vivons pas tous dans le même… Va comprendre Charles.

La levée du voile qui couvre, depuis si longtemps ce mystère, devrait maintenant vous permettre, même si ce n’est que très modestement, d’ouvrir votre troisième œil sur cette réalité objectivement observable et pourtant totalement immatérielle.

Adrian'S

Messages : 39
Date d'inscription : 15/09/2013
Age : 49
Localisation : je suis là parce que je ne suis pas là

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Ven 1 Juil 2016 - 2:04

30 juin 2016 - 17H00

Si partir c’est mourir un peu, les pigeons voyageurs ne doivent pas se faire vieux.
Je pense toujours à mes collègues volatiles chaque fois que, après avoir posté mes Chambord en sentinelles devant la porte de la cuisine ...



... je tourne à double tour la clé dans la serrure. J’adresse ensuite un au revoir à mes voisines de palier ...



... en leur recommandant de prendre soin d’elles. Je jette un ultime regard circulaire sur ces lieux qui vont exister sans moi puis tourne
la clé de contact d’un quart de tour. Le moteur, qui attendait son heure, émet un grognement de satisfaction.
Tout départ est une fin, mais il est inversement un commencement. Cette étonnante dualité satisfait d’ailleurs équitablement depuis
l’aube de l’humanité tant les natures optimistes que pessimistes.
Ainsi, mon départ d’aujourd’hui me permet-il de contempler depuis la fenêtre de mon TGV la lumière dorée du couchant sur les coteaux
de Bourgogne. S’agissant du soleil du soir, ce n’est pas vraiment un commencement mais, dirons-nous, un départ en beauté ; en l’occurrence,
une simple conjugaison de point de vue, d’état d’esprit et de conditions météo. Ce départ s’annonce donc plutôt bien, ma foi.
Un indice me rend particulièrement optimiste : alors que je tâtonnais à la recherche de la poubelle de bord, traditionnellement fixée contre la paroi côté fenêtre,
je ne rencontrais qu’un vide inquiétant et m’alarmais aussitôt sur le parti à prendre quant à l’évacuation d’un déchet organique.
Après une brève enquête, je m’aperçus qu’elle était désormais fixée devant moi entre les dossiers des sièges. Cela s’avère plus commode à l’usage, je maîtrise d’ailleurs totalement cette nouvelle situation et suis au final enchanté du départ de la poubelle de bord de son ancrage initial. Pourtant, je le confesse, en tant que nostalgique chronique _l’empire, sous Gladstone ou Disraeli ça avait quand même de la gueule_ je suis pathologiquement tenté par le c’était mieux avant.
Je reconnais cependant que, pour le coup, c’est mieux après.
Je m’efforce toujours, avec mes maigres moyens, quelle que soit la problématique, d’évacuer toute analyse dogmatique.  spamafot

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  grizz5555 le Ven 1 Juil 2016 - 10:45

Toujours agréable de lire les retours de ceux qui prennent le temps de penser.
Un jour je m'y essayerais.

grizz5555

Messages : 1976
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 29
Localisation : au P1

http://thefattorialist.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  koikilfred le Ven 1 Juil 2016 - 11:58

Smile Smile

koikilfred

Messages : 10014
Date d'inscription : 24/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Henri-Michaux le Ven 1 Juil 2016 - 12:14

Komd ab, tou jourin reg alalir

Henri-Michaux

Messages : 328
Date d'inscription : 25/09/2014
Age : 36
Localisation : Paris

http://www.nicaise.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  hesk le Ven 1 Juil 2016 - 13:27

La poubelle sous le fenêtre avait de surcroît le grave inconvénient de se dégonder facilement, enfin le terme est techniquement impropre, disons plutôt qu'elle avait tendance à ne plus s'enclencher correctement dans son logement, ce qui me conduisait - et me conduit toujours, car ladite pouvelle est encore la dotation standard dans les TGV qui me ménent, trop lentement encore au regard des promesse passées sur le parachèvement de la ligne à grande vitesse, au bassin d'Arcachon - à en rectifier la position par un coup sec du plat de la main, ce qui faisait immanquablement sursauter les autres occupants de mon Club Quatre, chose un peu gênante quand celui-ci n'était pas saturé par la petite famille Hesk, mais comment faire autrement, il m'aurait en effet paru assez incongru d'annoncer au préalable mon intention à mes infortunés compagnons de voyage. M.ais le vrai problème dans les TGV était autre, je vouis raconte cela plus tard.

hesk

Messages : 3137
Date d'inscription : 31/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  grizz5555 le Ven 1 Juil 2016 - 14:50

hesk a écrit: M.ais le vrai problème dans les TGV était autre, je vouis raconte cela plus tard.
Tu as la clef pour tenir en allen ton auditoire, Edmonds. (Tu me permets de t'appeler Edmonds ?)

grizz5555

Messages : 1976
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 29
Localisation : au P1

http://thefattorialist.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  hesk le Ven 1 Juil 2016 - 16:37

grizz5555 a écrit: Tu as la clef pour tenir en allen ton auditoire, Edmonds. (Tu me permets de t'appeler Edmonds ?)
Voilà un bon exemple de finesse dans le (double) jeu de mots...

hesk

Messages : 3137
Date d'inscription : 31/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  koikilfred le Ven 1 Juil 2016 - 16:38

hesk a écrit:
grizz5555 a écrit: Tu as la clef pour tenir en allen ton auditoire, Edmonds. (Tu me permets de t'appeler Edmonds ?)
Voilà un bon exemple de finesse dans le (double) jeu de mots...

pour les bricoleurs du forum Smile

koikilfred

Messages : 10014
Date d'inscription : 24/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  amator le Ven 1 Juil 2016 - 18:31

Une nouvelle fois, Frederick Hoepnick nous offre une miniature joliment ornée d’illustrations qui parodient, avec talent, la nature morte « à l’ambre Chambord » et la peinture bucolique hollandaise.

A l’heure bienheureuse du thé, notre homme nous plonge dans l’inconfort du doute et de la mort prochaine de millions d’oiseaux voire de l’élimination de la famille des columbidae.
La Chambord raisonnablement crottée annonce, allégée de son jardinier, le départ d’icelui qui va cultiver son potager et ses roses anciennes sous d’autres cieux. Devrions-nous alors nous inquiéter pour sa santé ou pour l’arrosage estival de ses tomates et framboises tardives ? Le suspense se noie, plus bas, dans la composition de la photographie où domine le vert de l'espérance (un vert empire, sans doute, qui rend hommage à Disraeli) et le jaune coquille d’œuf informant, à n’en pas douter cette fois-ci, de la résurrection des volatiles. Le pigeon c’était donc nous !

Et la malice continue sans brutalité, paisiblement, telle une espièglerie avenante qui laisse incrédules les ruminantes voisines, pour moitié inquiète, elles aussi, du départ dudit voisin, l’autre moitié remâchant le doute hyperbolique cartésien confronté à la liberté comme don de l’être. Il est des vaches à la réflexion métaphysique assez avancée.

Notre plaisir procède du sien qu’il impose tranquillement, à sa cadence aimable de précepteur serein où l’essentiel est ailleurs : la sagesse d’une impermanence intériorisée et d’une poubelle déplacée qui interroge et remet en perspective la mince frontière entre le début et la fin, comme la lumière ne saurait exister sans l’ombre.

Merci FH.

amator

Messages : 6690
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 59
Localisation : Paris

http://amator.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  grizz5555 le Ven 1 Juil 2016 - 18:58

amator a écrit:A l’heure bienheureuse du thé, [...]

Et la malice continue sans brutalité, paisiblement, telle une espièglerie avenante qui laisse incrédules les ruminantes voisines, pour moitié inquiète, elles aussi, du départ dudit voisin, l’autre moitié remâchant le doute hyperbolique cartésien confronté à la liberté comme don de l’être. Il est des vaches à la réflexion métaphysique assez avancée.

Puis-je connaitre la composition du thé du jour ? Je ne vois pas l'intérêt de boire autre chose tant les effets psychotropes ont l'air puissants.

grizz5555

Messages : 1976
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 29
Localisation : au P1

http://thefattorialist.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  amator le Ven 1 Juil 2016 - 19:15

grizz5555 a écrit:
Puis-je connaitre la composition du thé du jour ? Je ne vois pas l'intérêt de boire autre chose tant les effets psychotropes ont l'air puissants.

Frederick Hoepnick a écrit:30 juin 2016 - 17H00

Il faut attendre la réponse de FH ...que boit-il at tea time ?

amator

Messages : 6690
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 59
Localisation : Paris

http://amator.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Sam 2 Juil 2016 - 1:08

Ton acuité analytique m’impressionne, cher Amator.
Bien vu ! pour les tomates, les framboises … et le reste. chine
L’arrosage, toujours, demeurera l’ennemi du voyageur.

J’ignorais les effets psychotropes du thé, cher ours,
fût-il consommé au milieu d’un pentagramme.
En revanche, j’en confirme les vertus diurétiques.
Et on a toujours les idées plus claires avec une vessie vide. mrgreen

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Mer 16 Nov 2016 - 18:12

Mardi 15 novembre 2016 - Place de la Nation - 11h55

Alors que je me dirige vers l’escalier du métro, j’avise au loin deux jeunes gens vêtus à la manière des militants
d’ONG et m’apprête, comme à l’accoutumée en pareille circonstance, à passer mon chemin sans leur accorder d’interview.
_ Bonjour Monsieur ! me lance le premier avec un grand sourire en s’avançant vers moi.
_ Je n’ai pas le temps, désolé !
_ Oh ! Ce n’est pas pour ça ! Je voulais juste vous dire que vous êtes habillé comme un explorateur … et j’adore !
Soupçonnant le piège, je passe à sa hauteur sans m’arrêter, lui rendant aimablement son sourire.
Je connais le truc : on flatte le quidam, il mord à l’hameçon, on ferre, on tend l’épuisette, et hop ! dans la bourriche,
signez ici la pétition. Du reste, je n’ai réellement pas le temps, les TGV étant réputés pour ne pas attendre les voyageurs déconcentrés.
_ Mais où allez vous comme ça ? renchérit son collègue dans une ultime tentative d’arraisonnement.
_ Pas très loin ! fais-je en me retournant, d’un air à la fois modeste et mystérieux.
Puis la bouche de métro m’avale avec ma valise à roulettes.
Ces deux-là ne sauront jamais si je me rends à Jalalabad ou à Garges-lès-Gonesse, et c’est bien ainsi.

13h01 - Voiture 6, place 37

Juste avant le départ, debout au milieu de l’allée centrale, un homme en casquette et sac à dos s’écrie qu’il a besoin
de 8 euros pour finir de payer son billet et supplie une bonne âme de le secourir promptement avant la fermeture des portières.
Mais la voiture 6 n’est, hélas, peuplée que de mauvaises personnes.
Notre homme redescend donc précipitamment et restera probablement à quai, prisonnier de la ville lumière.
Il est fascinant de constater comment les méthodes se perfectionnent et à quel point les prix montent … 8 euros ? Mazette !
Nous vivons assurément dans un monde de surenchère, me dis-je en contemplant le défilement d’une campagne humide
parsemée de brumes mouvantes.
Toujours plus loin !
Tel est le mot d’ordre d’une humanité qui, oubliant que la terre est ronde, court inlassablement après la ligne d’horizon.
À mon sens, seule la mise au point du moteur photonique nous affranchira de la pensée courbe.
Nous pourrons alors enfin goûter aux délices de la ligne droite.
Certains esprits chagrins m’objecteront que l’univers étant courbe lui aussi, le problème reste entier.
Certes, mais la vastitude du cosmos nous laisse du temps pour en faire le tour, et comme le disait Keynes : à long terme, nous sommes tous morts.
Mais pour l’heure, mon TGV, mine de rien, a abattu de la distance, et quoique ma destination ne fût pas Proxima du Centaure, elle n’en demeure pas moins, à marche d’homme, une étoile lointaine.
Comme mon ordinateur portable est en panne de batterie, j’écris ces lignes sur une bête feuille de papier, à l’aide d’un non moins bête stylo-bille.
Il me plaît, en cette ascèse forcée, de m’imaginer à l’époque de Voltaire, cheminant en chaise de poste sur des routes défoncées.
Une écritoire posée sur les genoux, dont l’encrier à la dérive au milieu des cahots menace mon jabot de ses débordements, d’une plume incertaine j’écrase des pâtés sur mon vélin torturé. À la réflexion je le confesse, cette évocation douche assez rapidement ma nostalgie des temps anciens.
Je me projette résolument plus en avant. Me voici à présent à bord d’un hyperloop traversant l’hexagone en moins d’une heure, ma peau toute greffée d’artefacts informatiques me permettant de lire Proust en langage binaire pour gagner du temps …
Ah ! Bah ! La peste soit du choléra !


Dernière édition par Frederick Hoepnick le Jeu 17 Nov 2016 - 13:30, édité 1 fois

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  amator le Jeu 17 Nov 2016 - 12:14

C'est bien volontiers que je cède à l'incitation de l'apophtegme de M.Twain et t'encourage à récidiver.
Ta prochaine livraison d'un joli texte portera alors ton crédit à 4 mois, sans frais ou presque, car quelques jours seront prélevés pour la rectification orthographique de l'expression "comme à l'accoutumée" qui naguère m'a valu, à l'encre rouge, les biffures rageuses, car répétées de l'école élémentaire. Toussa pour un e qui n'avait rien demandé à personne et semblait rester coincé dans l'encrier comme un selfie dans l'ascenseur.

amator

Messages : 6690
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 59
Localisation : Paris

http://amator.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Frederick Hoepnick le Jeu 17 Nov 2016 - 13:33

spamafot Merci, cher Amator, tu es un  frère pour moi.

Frederick Hoepnick

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  grizz5555 le Jeu 17 Nov 2016 - 13:49

C'est doux de te lire...

grizz5555

Messages : 1976
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 29
Localisation : au P1

http://thefattorialist.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur les transports - Prospectives et réalités

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:29


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum